Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Welcome to my blog

L'orientation sexuelle dans les manuels scolaires : inutile !

25 Octobre 2012 , Rédigé par

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, dans un entretien au magazine « Têtu » paru en début de semaine, a proposé de "passer en revue" les manuels scolaires sur la question de l'homosexualité. Elle souhaiterait ainsi dévoiler l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs.

Elle explique que « lutter contre [les représentations stigmatisant l’homosexualité], c'est permettre à chaque enfant d'avoir des références naturelles dans l'histoire. On peut s'identifier à telle ou telle personnalité. Or la difficulté de beaucoup de nos enfants qui se découvrent cette orientation homosexuelle, c'est qu'ils ne peuvent s'identifier à personne et qu'ils se considèrent donc comme anormaux et c'est cette souffrance-là qu'il faut prendre en considération ».

Cette vision des choses est quelque peu étrange et à un côté un peu dangereux à mon sens.

D’abord, comment des jeunes vont pouvoir s’identifier à un poète homosexuel du début du XIXe siècle ? Savoir que Rimbaud avait des relations avec Verlaine va-t-il vraiment permettre à des jeunes se découvrant une attirance homosexuelle de l’accepter et surtout de ne pas se cacher ?

Dans cette optique, peut être que savoir que dans la Grèce antique l’homosexualité était considéré comme faisant partie de la découverte de la sexualité permettra aux jeunes collégiens et lycéens de se décomplexer sur cette question...

Ce raisonnement est quelque peu absurde. C’est la société qui n’accepte pas encore totalement l’homosexualité (sans parler des bi ou transsexuels) et c’est surtout aux parents qu’il revient d’apprendre aux jeunes générations à accepter la différence et à s’accepter tel qu’on est et d'accepter les autres malgré leurs différences. Bien sur, il y a encore des parents qui éduqueront leurs enfants à l’exact opposé et là l’école a certainement un rôle à jouer. Mais ce n’est pas en indiquant dans les manuels scolaires que tel personnage historique était homosexuel ou transsexuel que la vision des jeunes changera sur cette question.

Ensuite, cette volonté exprimée par la ministre a quelque chose de dangereux. Quelle sera la prochaine étape ? Indiquer dans les manuels scolaires l’orientation religieuse ? Les idées politiques ? Ou, plus près du sujet, si telle personne avait des tendances SM ou non ? Si cette personne avait une maîtresse ou un amant ?

Tant que la précision de l’orientation sexuelle ou toute autre précision n’a pas d’intérêt historique, il n’y a vraiment pas lieu de le mentionner.

Préciser l'orientation sexuelle de telle ou telle personne n'aura pas d'impact sur les jeunes. Ce n'est qu'une question de temps avant que notre société accepte totalement l'homosexualité (et de manière plus générale, toute personne "différente"). L'évolution est peut être trop lente aux yeux de certains mais elle est évidente : quel gouvernement aurait osé soumettre un projet de loi sur le mariage homosexuel il y a une cinquantaine d'années ?

En conclusion, une petite citation de Jean-Pierre Chevènement : « Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l'ouvrir, ça démissionne ». A méditer

Partager cet article

Commenter cet article