Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Welcome to my blog

Le Conseil constitutionnel de l'UMP ?

26 Novembre 2012 , Rédigé par Thibaut

"Cette commission nationale des recours c'est un peu notre Conseil constitutionnel [...] Jamais son autorité et son intégrité n'ont été remis en cause à ce jour. Ses membres sont des élus et des militants de l'UMP de tous horizons, élus par les militants à travers un vote du conseil national. [...] Au sein de cette commission, siégeaient des personnes qui avaient choisi François Fillon, d'autres qui m'avaient choisi, d'autres encore qui étaient restées neutres. Il ne s'agissait d'ailleurs pas pour eux d'exprimer une préférence personnelle mais de vérifier la sincérité et la régularité du scrutin à partir de faits ojectifs".

Analysons un peu cette déclaration de Jean-François Copé.

Tout d'abord, il dit que la commission nationale des recours s'apparent au Conseil constitutionnel. Juste une précision, il ne suffit pas de rendre une décision en commençant ses paragraphes par "Considérant que" suivi d'une phrase interminable pour que l'on puisse considérer cette commission comme aussi intègre que le Conseil constitutionnel et rendant des décisions ayant autorité.

Ensuite, les membres du Conseil constitutionnel ne sont pas élus par des militants, ils sont nommés par différents personnages (le Président de la République, le Président de l'Assemblée nationale et le Président du Sénat) et surtout il existe un système de veto parlemantaire.

Comme Jean-François Copé le dit lui-même, les membres de cette commission avaient pour certains pris position sur cette élection. Comment dès lors peut-il affirmer que son intégrité ne peut pas être remise en cause ? Et surtout, comment peut-il affirmer que son autorité et son intégrité n'ont jamais été remis en cause alors que depuis des jours les partisans de François Fillon contestent la composition de cette commission et réclament à grands cris la présence d'Alain Jupé afin que cette commission puisse siéger en totue tranquillité ?

De plus, comment des membres qui ont une préférence pour un candidat peuvent-ils être totalement honnête et juger uniquement les faits de manière objective ? Qu'est-ce qui nous prouve qu'ils ont jugé objectivement de la situation alors qu'ils sont parti pris ?

D'ailleurs, cette commission de recours a choisi d'annuler purement et simplement les bureaux de votes dans lesquels des irrégularités avaient été constatées. L'aurait-elle fait si cette solution avait été dévaforable à Jean-François Copé ?

Jean-François Copé dit également que chacun doit désormais respecter le vote des militants. Mais c'est justement l'inverse qu'a fait la commission nationale des recours en invalidant plusieurs bureaux de votes. Des militants ont voté pour rien. Quelle légitimité Copé peut-il tirer d'une telle élection ?

Le Conseil constitutionnel est également juge de certaines élections. J'ose espérer que jamais il n'aurait choisi la solution plus que contestable de la commission nationale des recours. J'ose espérer qu'il aurait choisi la seule solution acceptable : un nouveau vote (solution qui serait voulue par N. Sarkozy).

N'hésitez pas à partager cet article, à commenter cet article. Et surtout, restez critique !

Partager cet article

Commenter cet article